bandeau_remises-immediates

Sélection de timbres Cyber Week

BANDEAU LIVRAISON

____________________________________________

Voir notre SÉLECTION DE TIMBRES DU MOIS

_____________________________________________________

____________________________________________

Voir les Jeux France 2021

Voir les timbres émis en 2021


-

n° 5338 **  - Timbre 1919-2019 Reims...
n° 5338 **  - Timbre 1919-2019 Reims...

n° 5338 ** - Timbre 1919-2019 Reims – Anniversaire de la remise de la Légion d’Honneur et de la Croix de guerre

TP-5338
2,00 €

Reims – Anniversaire de la remise de la Légion d’Honneur et Croix de guerre

 

Paiement sécurisé

 

Un cadeau différent à chaque commande

Centenaire de la remise de la Légion d’Honneur et la Croix de guerre, façade de l'Hôtel de ville de Reims.

Infos techniques
Date d'émission : 8 juillet 2019
Conception et gravure : Pierre Albuisson
Mise en page : Valérie Besser
Impression : taille-douce
Couleurs : polychromie
Format : 40,85 x 30 mm
Présentation : 48 timbres à la feuille
Valeur faciale : 1,05 €
Tirage : 600 000 exemplaires

Le 6 juillet 1919, « au nom de la France reconnaissante », le président de la République, Raymond Poincaré, remet solennellement la Légion d’Honneur et la Croix de guerre à la ville de Reims.

L’hommage est justifié ainsi : « Ville Martyre qui a payé de sa destruction la rage d’un ennemi impuissant à s’y maintenir. Population sublime qui […] a montré le courage le plus magnifique, en restant pendant plus de trois ans sous la menace constante des coups de l’ennemi. » Avec plus de 70% de ses habitations détruites, les réseaux du gaz, d’eau courante, d’électricité et les égouts à reconstruire, la ville n’est plus qu’un amas de ruines. En 1919, la moitié des habitants s’entasse dans des baraques en bois construites par l’armée, logements provisoires qui vont pourtant durer des années. S’il est bien une cité martyre, en effet, c’est celle-là.

Pour preuve, sa magnifique cathédrale, celle des sacres, bombardée et incendiée le 19 septembre 1914. L’hôtel de ville, devant lequel Poincaré prononce son discours, a subi le même sort, en mai 1917. Il n’est plus qu’une carcasse noircie et dévastée. Peuplée de 115 000 habitants avant la guerre, Reims a perdu les trois quarts de ses concitoyens. Et pourtant, avant d’être évacuée par l’autorité militaire, en 1918, à la veille de la dernière grande offensive allemande, sa population tenait fièrement sous les bombardements. Les grandes caves des maisons de Champagne lui servaient de refuge : on y installa des dortoirs, des cuisines, des écoles, des églises, et même les services de la mairie. De 1914 à 1918, la ville de Reims était à moitié souterraine !

À la fois héroïne et victime, symbole d’une violence aveugle exercée contre les civils et modèle de résistance et de détermination, la cité des rois avait bien mérité de la patrie. Comme elle, une vingtaine de villes meurtries seront décorées dans l’après-guerre.

Source Phil@Poste


Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Produit ajouté à la liste de souhaits

Pour votre confort, Philatelie 91 utilise des cookies.
Plus d'informations...