n° 5410 ** - Sainte-Odile (v. 662 - 720)

n° 5410 ** - Sainte-Odile (v. 662 - 720)

5410
1,85 €

Timbre Sainte Odile

Paiements 100% sécurisés
 

Paiement sécurisé

 

Un cadeau différent à chaque commande

Timbre Sainte-Odile
Sa légende se confond avec les pentes boisées du mont vosgien qui porte son nom et domine la plaine d’Alsace et la vallée du Rhin.
Odile, officiellement sainte patronne de la région depuis 1946, était la fille du duc Adalric et de sa femme, Bereswinde.

Infos techniques
Date d'émission : 6 juillet 2020
Illustration : Stéphane Humbert-Basset
Impression : héliogravure
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Présentation : 15 timbres à la feuille
Tirage : 700 005 exemplaires
Valeur faciale : 0,97 €

Le récit le plus ancien relatant sa vie date du Xe siècle, mais elle serait née à l’époque mérovingienne, aux alentours de l’an 662.
Espérant un héritier mâle, son père renie l’enfant qui, de surcroît, souffre de cécité.
Sauvée de la mort par sa mère, elle est envoyée grandir au loin dans une abbaye où saint Erhard, évêque irlandais missionnaire en Bavière, suivant une vision qui lui commande d’aller baptiser une jeune aveugle, lui fait recouvrer la vue et la nomme Odile, « fille de lumière ».
Revenue en Alsace, elle crée avec l’aide de son père repenti plusieurs établissements religieux pour accueillir les malades et les nécessiteux, et meurt abbesse, entourée de ses moniales en 720.

Après sa mort, son culte se répand à travers la France et l’Allemagne et les textes hagiographiques se multiplient, ajoutant des éléments à la légende et permettant à d’autres lieux de s’approprier l’histoire de la sainte.
Certains d’entre eux reprennent le récit après la guérison de la jeune Odile et racontent son retour au palais familial en compagnie de son frère Hugues : fou de colère, le père aurait tué son fils et pourchassé sa fille au-delà du Rhin, un rocher se serait alors ouvert devant elle, dans la Forêt-Noire, du côté de Fribourg, pour lui offrir refuge.
Odile est souvent représentée avec un calice contenant ses yeux, vêtue de son habit d’abbesse bénédictine, qui la distingue de Lucie, l’autre sainte des malvoyants, longtemps fêtée aussi le 13 décembre.
La basilique abritant son tombeau et celui de ses parents, reconstruite au XVIIe siècle sur les ruines de la première abbaye et qu’on appelle aujourd’hui l’abbaye du Hohenbourg, est le haut lieu spirituel de l’Alsace.

Source Phil@Poste

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Produit ajouté à la liste de souhaits

Pour votre confort, Philatelie 91 utilise des cookies.
Plus d'informations...