Timbres particuliers

.

Émissions particulières, variétés et timbres « rares » dont sont friands les philatélistes

.

Timbres au profit de la Croix-Rouge

La journée du timbre devenue La Fête du Timbre et de l’Écrit

Les « variétés »

Les timbres « rares »

.

.
Timbres au profit de la Croix-Rouge
:

Août 1914
C’est le président Raymond Poincaré qui a signé le décret du 1er timbre émis au profit de la Croix-Rouge, appelé officiellement « timbre à surtaxe ».

Le 1er timbre de France avec surtaxe émis au profit de la Croix-Rouge :  n° 146
Semeuse fond plein avec surtaxe carmin : + 5c. sur 10 c. rouge foncé

Certains timbres à surtaxe ont dès lors également été émis au profit d’autres œuvres diverses et variées telles que :

les « Orphelins de la guerre« , la « Caisse d’Amortissement« ,  les « œuvres sociales et sportives des PT.T.« ,  les « œuvres sociales en faveur des étudiants« ,  « la radio aux aveugles« ,  la « Société de prophylaxie sanitaire et morale« ,  pour l’érection du monument aux victimes civiles de la guerre de 1914-1918,  à la gloire du génie militaire,  l’œuvre des « Orphelins des P.T.T.« ,  l’œuvre des « enfants de chômeurs« ,  au profit des chômeurs intellectuelspour la propagande en faveur de la natalité,  pour l’érection du monument national « aux Marins perdus en mer » à Boulogne-sur-Mer,  « Pour nos soldats« ,  au profit des œuvres de guerreau profit des blessés,  au profit du Secours national,  au profit des prisonniers de guerre,  pour la lutte contre le cancer,  au profit des œuvres de mer, pour la France d’Outre-Mer,  au profit des œuvres de l’air,  au profit des œuvres d’entraide des musiciens,  au profit du comité de propagande de la Quinzaine impériale,  pour la Légion tricolore,  au profit de la famille du prisonnier,  au profit de l’Entraide française,  au profit de la Croisade de l’air pur,  pour les plus grands invalides de guerre,  pour les œuvres de la marine,  pour le Musée Postal,  pour la Journée du Timbre

En juin 1952,
le décret Pinay accorde le bénéfice exclusif des suppléments postaux à la Croix-Rouge.

Chaque année, La Poste émet donc des timbres à dons au profit de la Croix-Rouge.

Ce sont en principe 2 émissions de timbres à dons par an (1 série de personnages célèbres + 1 série en fin d’année) permettant à chacun de participer aux actions de solidarité.
La surtaxe est versée dans son intégralité au profit de la Croix-Rouge française.

Investissement de la Jeunesse :

Depuis 2005, un concours annuel de dessin a été organisé auprès des jeunes et des écoles.
Thème de solidarité choisi : « Dessine ton vœu pour les enfants du monde ».
Le dessin de l’enfant gagnant illustre le carnet Croix-Rouge de fin d’année.

..Haut de page ↑

.

La journée du timbre devenue La Fête du Timbre et de l’Écrit :

Cette fête de la philatélie a été créée en 1937 par la Fédération Internationale de la Philatélie et organisée en France depuis 1938 par la FFAP (Fédération Française des Associations philatéliques).

1944 : émission du 1er timbre consacré à la journée du timbre
n° 668 – Ecusson de Renouard de Villayer, créateur de la Petite Poste
1 f1 50 + 3 f. 50 au profit de l’Entraide française

Elle se déroule chaque année, au printemps dans plus d’une centaine de villes choisies par la FFAP.
Elle est l’occasion de l’émission d’un ou plusieurs timbres notamment illustrés, depuis 1999, par des héros de bandes dessinées afin de sensibiliser les jeunes à la philatélie.
Cette fête s’accompagne de nombreuses animations : expositions, calligraphie, ateliers sur la thématique choisie.

.

.Haut de page ↑

.

Les « variétés » :

La perfection n’étant pas de ce monde, apparaissent parfois, lors de la fabrication des timbres, des erreurs ou incidents : surcharges décalées ou renversées, défauts de dentelure, absence de valeur faciale, couleurs « inattendues », erreurs de couleurs d’une planche de timbres à l’autre, etc…

Ces « variétés » sont très prisées par des collectionneurs toujours à la recherche d’originalité et d’exceptions qui confirment la règle.

.Haut de page ↑

Les timbres « rares » :

Difficile de les voir trôner dans sa collection, mais on peut parfois les admirer dans des expositions prestigieuses ou dans les catalogues.

Quelques exemples de timbres célèbres :

.

–          Le One cent magenta :

émis en 1856 en Guyane britannique. Il n’en existe qu’un seul exemplaire. Il résulte d’une erreur sur un cliché (« one cent » au lieu de « four cents ». Le seul exemplaire restant, connu, découvert en 1873 dans une malle de grenier, a été vendu, revendu, …

.

–          Le 1 F Vermillon (ou 1 F rouge clair) (cote neuf : près de 65000 €).

Émis le 2 janvier 1849, sa confusion possible avec le 40c orange, entraîne son retour à la Poste en juillet 1851 pour incinération, malgré l’impression d’une couleur plus foncé. Son faible tirage, sa valeur faciale élevée, sa vie postale brève, sa beauté, l’ont fait entrer dans l’histoire de la philatélie sous le nom de Vermillon.

.

–          Le 10c bistre Louis Napoléon Bonaparte (cote neuf : plus de 35 000 €).

Émis en décembre 1852 avec légende républicaine alors que le Prince-président est devenue depuis un mois l’Empereur Napoléon III et la France un Empire. Un 10c bistre impérial verra le jour un an plus tard. Là encore, une vie postale brève, une utilisation locale, ont fait de ce timbre une rareté.

.

.

_________________________________________________________________________________________________

Aller à :

Tous les articles de la rubrique « Histoire de la philatélie »

Article 1 – Naissance de la philatélie

Article 2 :  L’histoire du timbre-poste en France

Article 3 – Timbres particuliers

Article 4 – Histoire de la création d’un timbre-poste

Article 5 – Les différentes techniques d’impression du timbre-poste

Article 6 – Les points de vente du timbre-poste


.Haut de page ↑

.

.

Ajouter un commentaire