n° 5209 **  - Timbre Les Métiers...
n° 5209 **  - Timbre Les Métiers...

n° 5209 ** - Timbre Les Métiers d’arts : maroquinier

5209
2,50 €

Timbre Métiers d’arts : maroquinier


Paiements 100% sécurisés
 

Paiement sécurisé

 

Un cadeau différent à chaque commande

Métiers d’arts : maroquinier

A l’occasion des Journées Européenne des Métiers d’Art 2018, La Poste émet un nouveau timbre dans la série métiers d’Art initiée en 2016. Après le joaillier, le sculpteur sur pierre, le ferronnier et l’ébéniste c’est le savoir-faire du maroquinier qui est à l’honneur.

Infos techniques
Date d'émission : 3 avril 2018
Création : Florence Gendre
Gravure : Pierre Albuisson
Impression : taille-douce
Couleurs : polychromie
Format : 40,85 x 40,85 mm
Présentation : 30 timbres à la feuille
Valeur faciale : 1,30 €
Tirage : 800 010 exemplaires

Le maroquinier travaille le cuir, une seconde peau qui protège, transporte, magnifie. Il maîtrise les matières, les outils, le piqué-machine comme le cousu-main.

L’origine du mot nous transporte au Maroc, où le tannage des peaux a été inventé au XIIe siècle. La technique se répand en Europe par l’Espagne et se déploie dans la fabrication des vêtements de protection : cuirasse, brigandine.

Il faut attendre la Renaissance pour que le travail du cuir gagne en raffinement, devienne synonyme de confort et même de luxe, sous l’impulsion d’une clientèle fortunée qui arbore des sacs, des bourses... et utilise des coffres, des malles… Il s’agit donc de transporter, mais aussi d’éblouir.

La création de la Manufacture royale du cuir en 1749 consacre l’essor du savoir-faire. Le terme maroquinerie apparaît en 1835 avec l’invention du portefeuille et devient au XIXe siècle le nom d’une industrie majoritairement française et italienne. En même temps, l’artisanat de luxe se développe et les grandes maisons de maroquinerie de luxe voient le jour : Hermès, Gucci, Louis Vuitton, Lancel… XXe siècle, modernité : le sac à main apparaît, les automobilistes, les aviateurs s’équipent de cuir. La mobilité a besoin de bagages.

Le mouvement artistique de l’Art nouveau exploite avec audace et raffinement cette matière noble jusque dans l’ameublement ; les rebelles des années 1950 le choisissent comme symbole, puis les motards… Le cuir exprime ainsi la rébellion, la liberté, voire la marginalité. Les matières synthétiques font leur apparition, démocratisant le bagage, souvent au détriment de la qualité.

Aujourd’hui le métier est porté par le succès mondial des grandes marques de maroquinerie française de luxe. Quelques écoles, comme La Fabrique à Paris, forment des jeunes et conjuguent ainsi le goût de l’artisanat, du beau et de la création « made in France ».

Source Phil@Poste

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Produit ajouté à la liste de souhaits

Pour votre confort, Philatelie 91 utilise des cookies.
Plus d'informations...