bandeau_remises-immediates

Sélection de timbres Cyber Week

BANDEAU LIVRAISON

____________________________________________

Voir notre SÉLECTION DE TIMBRES DU MOIS

_____________________________________________________

____________________________________________

Voir les Jeux France 2021

Voir les timbres émis en 2021


-

n° 5299 **  - Timbre Louise de Vilmorin
n° 5299 **  - Timbre Louise de Vilmorin

n° 5299 ** - Timbre Louise de Vilmorin

TP-5299
2,00 €

Timbre Louise de Vilmorin

 

Paiement sécurisé

 

Un cadeau différent à chaque commande

Timbre Louise de Vilmorin (1902-1969).

Louise Levêque de Vilmorin, dite Louise de Vilmorin, est née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson, où elle décèdera le 26 décembre 1969.
Née dans une famille de grainetiers et botanistes, cette femme du monde et d’esprit, élégante, au charme aristocratique, s’adonna d’abord à la peinture puis devint femme de lettres , à la fois scénariste, poétesse, romancière, journaliste, écrivaine …

Infos techniques
Date d'émission : 12 février 2019
Mise en page : Valérie Besser
Impression : héliogravure
Couleurs : quadrichromie
Format : 30 x 40,85 mm
Présentation : 42 timbres à la feuille
Valeur faciale : 1,05 €
Tirage : 700 014 exemplaires

Encouragée par André Malraux, elle publie son premier roman en 1934, Sainte-Une fois. Plusieurs recueils de poèmes suivront dont Fiançailles pour rire (1939), Le Sable du Sablier (1945) et L'Alphabet des aveux (1954).
Sa fantaisie se manifeste dans les figures de style dont elle est friande, notamment les holorimes (qu'elle écrit « olorime ») et les palindromes. Francis Poulenc fait d’elle l’égale de Paul Éluard et de Max Jacob. Il trouve dans ses poèmes « une sorte d'impertinence sensible, de libertinage, de gourmandise … »

Elle a travaillé également comme scénariste et dialoguiste pour plusieurs longs métrages, Les Amants de Louis Malle en 1957, La Française et l'Amour pour le sketch de Jean Delannoy en 1960, et est apparue en tant qu'actrice dans Amélie ou le Temps d'aimer (1961) de Michel Drach et Teuf-teuf (1963) de Georges Folgoas.

Brillante, élégante, séduisante, Louise de Vilmorin détestait qu’on la qualifie de femme du monde. « Cette réputation me porte sur les nerfs, parce qu’elle n’est pas vraie », confiait-elle, comme pour dissiper un malentendu.
Il n’empêche. Son sens de la repartie, son panache, son allure éblouissent penseurs, artistes et politiques de l’époque. Orson Welles, Léo Ferré, Jean Cocteau, Georges Pompidou, Françoise Sagan, Jean Anouilh, etc., impossible de dresser la liste de toutes les célébrités qui se pressent aux fameux dîners du dimanche soir à Verrières-le-Buisson, dans sa maison natale.

Fiancée à Antoine de Saint-Exupéry, mariée à un Américain, dont elle a trois filles, puis à un comte hongrois, deux fois divorcée, cette virtuose de la séduction multiplie les conquêtes. Elle termine sa vie avec son amour de jeunesse, André Malraux.

« L’écho du rire est un sanglot », disait Louise de Vilmorin. Derrière une apparence de légèreté, se cachait en elle une profonde nostalgie. Cette femme de lettres, dont la devise était « Au secours ! », a choisi de se faire enterrer, en pleine terre près d’un banc, dans son royaume de Verrières. Victime parfois de sa légende, elle a marqué son époque et laissé une œuvre au style exigeant.

Source Phil@Poste


Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Produit ajouté à la liste de souhaits

Pour votre confort, Philatelie 91 utilise des cookies.
Plus d'informations...